Les personnages

Ronan le Fur, le dandy belge Pieter Vandernorte

Formé à l’école Jaques LeCoq et aux cours Florent, vous avez forcément déjà aperçu sa silhouette à proximité de chez vous avec la compagnie Gigot Bitume qu’il a créé en 2014 et basée à Douarnenez ou avec les Cies DCA Philippe Decouflé (Saint-Denis) et Wet Picnic (Winchester).

C’est son personnage Pieter Vandernorte qui, suite à son éviction de son poste de commissaire européen, animera le manège en guise des 3 000 heures d’intérêt généraux.
Sur un ton caustique et résolument décalé, il encouragera les jeunes générations embarquées sur le manège à naviguer sans peur sur la vague du progrès.

Ce dandy belge, n’est pas en reste lorsqu’il s’agit de surprendre son auditoire. C’est certain, cet individu aime prendre des risques en se mettant lui-même dans des situations aussi imprévisibles qu’absurdes...

Le Ténor de Brest, capitaine du Manège salée

La légende veut que le Ténor de Brest ait chanté dans le monde entier. De Douarnenez son port d’attache, jusqu’en Nouvelle Zélande, en passant par le Sénégal, Berlin, Bruxelles, l’Irlande…
Mais également sur les grandes scènes françaises. Autant d’escales mémorables parfois partagées avec d’autres troubadours.
Mais Juke alias Le Ténor de Brest a plus d’un tour dans son sac !
Il se transforme en capitaine DJ du fabuleux Manège Salé, et c’est parti pour le grand voyage musical ! Changement de poisson !

A chaque escale du Manège, c’est une nouvelle aventure qui commence. Il pourrait bien faire rigoler ton petit frère et danser ta grand-mère, voire même toute ta famille ! Il peut être crieur de rue avec un porte-voix !
Et encore mieux, improviser une chanson au galop sur le dos de
« Justine la langoustine », fabuleuse star du Manège Salée.

Le Ténor tient bien la barre mais attention ! Soyez prêt pour la grande marée ! "Sur le Manège salée, la tempête va souffler !"

Lile Cargueray, la cow-girl du manège

Lile, rompue à l’improvisation, formée en théâtre physique, s’amuse autant avec sa voix qu’avec son corps en mouvement. Ses échappées dansées du manège ne la mènent jamais très loin.

Elle se souvient que l’épuisette qu’elle tient à l’épaule lui sert à poinçonner les tickets... A la croisée des chemins entre une Calamity Jane et une Sophia Loren dans « Il était une fois dans l’Ouest », elle a laissé son pétard au vestiaire mais pas son chapeau ranchero.
Elle virevolte dans sa robe chipée à une copine du Tyrol et fait claquer le talon de ses boots sur le pavé en sautant façon cow-girl sur le plateau du manège. Elle emmène ses passagers dans des voyages oniriques sous-marins, couleur bleu-vert pacifique, et swingue sur des rythmes tropicaux.
Baroudeuse dans l’âme, elle partage avec humour et poésie une certaine philosophie de la vie.

Pour cette femme capitaine au long cours, chaque membre de l’équipage est important. L’aventure collective a ses règles et la première est de se dire bonjour. Non mais ho. Après on peut rêver, chanter, danser, voyager ensemble...